dimanche 4 février 2018

Suisse : les taudis à CHF 1'200.00 et les aînés hémiplégiques abandonnés

Chers lecteurs,

Un petit récit pour vous expliquer et montrer la Suisse de la honte d’aujourd’hui.

Dans mon immeuble, vit une personne âgée de 74 ans, handicapée, hémiplégique totale gauche, avec une vue très diminuée, des zones d’ombres partout, ne voit plus la périphérie, mais seulement une petite partie de sa vue est encore valide, suite à un AVC. Elle ne peut marcher et tenir une seule canne que du côté droit, en traînant sa jambe gauche par terre, son bras gauche étant aussi paralysé. Sa vue ne lui permet pas d’avoir un moyen auxiliaire, ni rollator, ni fauteuil électrique.

Elle cherche désespérément un autre appartement plus petit qui libèrerait le sien, grand, en parfait état, pour une famille, depuis deux ans.

Elle est dans l’incapacité de le faire elle-même, ne voit plus les Nos sur ton téléphone, etc...

Ne trouvant personne pour l’aider :

Pro-Senectute a pris sa demande en compte au téléphone l’année dernière, lui promettant de la recontacter quand ils auront trouvé une bénévole, n’envoie pas d’assistante sociale pour la recherche d’un appartement, car cela n’est pas dans leur cahier des charges. Depuis lors, plus de nouvelle.

Pro-Infirmis ne s’occupe plus des personnes retraitées.

Finalement, je lui conseille de s’adresser à la Croix-Rouge et celle-ci lui envoie une bénévole qui vient de temps pour faire ses téléphones aux régies. Mais cela n’est pas en faisant des téléphones aux régies que l’on trouve un appartement.

Une ancienne assistante sociale d’une fondation de la vue à la retraite vient l’aider à faire ses paiements une fois par mois bénévolement.

Cette dame a besoin d’une assistante sociale en activité !!! qui fait de vraies démarches, l’aide à faire son dossier et lui trouve un accompagnant pour aller les visiter. Elle ne peut pas y aller seule, même avec taxi. A mon humble avis, elle devrait être dans un immeuble protégé, ce serait le mieux.

Elle est inscrite à la Commune pour appartement subventionné, elle a envoyé deux dossiers à sa propre régie dans laquelle elle paie son loyer depuis 17 ans ! et n’a reçu aucune réponse. Le respect se perd. Ces appartements sont loués depuis longtemps maintenant.

Alors en attendant qu’une assistante sociale tombe du ciel dans cette région Riviera Vaudoise, je consulte les annonces sur internet pour elle, les lui imprime, parfois fais les téléphones pour qu’elle puisse aller visiter ou vais visiter moi-même avant de l’envoyer si c’est dans le quartier, vu que je suis privée de bus depuis début septembre avec mon moyen auxiliaire.

C’est ainsi que... la semaine dernière, je vis un taudis, dans la rue juste derrière. Un taudis à CHF 1'200.00, annonce mise par le locataire sortant, mais également sur le site de la régie qui n’indique pas que des travaux vont être faits. Celui-ci ne lui correspondra pas de toute façon, mais je me demande comment, on a pu louer pendant des mois, des années, un objet aussi insalubre à des personnes humaines. De toute évidence, cet appartement n’a jamais été rénové depuis la construction de l’immeuble. Je vous laisse admirer ce délabrement à CHF 1'200.00 :

 









 Aujourd’hui, j’ai vu deux nouvelles annonces d’appartements en bon état et au même prix dans la localité. J’espère qu’elle pourra obtenir l’un d’eux.

Pour agrémenter le tout, j’ai voulu lui commander sur internet une attestation de non-poursuite sur le site de l’Etat, mais n’ai pas pu aller au bout de ma démarche : bug.

Le Tigre

#balancetonexclusion

lundi 15 janvier 2018

Villeneuve VD : La Commune fait le 1er pas pour l’accessibilité à mobilité réduite Bravo !




Chers lecteurs,


Pour une fois, une bonne nouvelle, mais pas sans quelques bémols à la clé :

Suite à une interpellation de M. Léonard Studer,  conseiller communal de Villeneuve, de se pencher sur les problèmes d’inaccessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite



la Municipalité de Villeneuve a rendu une réponse


qui manifeste un premier pas constructif pour l’accessibilité à mobilité réduite.

Réagissant à la réponse municipale lors de la séance du Conseil communal du 7 décembre 2017, le Vert Léonard Studer a salué ce premier pas mais a aussi rappelé que la patience des personnes à mobilité réduite est en train de s’épuiser face aux lenteurs pour adapter les infrastructures aux nécessités de l’accessibilité à mobilité réduite. Il a conclu en souhaitant que la Municipalité de Villeneuve continue avec persévérance à trouver des solutions à la problématique des personnes à mobilité réduite et qu’elle en informe régulièrement la population et le Conseil communal des progrès dans ce domaine.

Dans le concret, la Commune de Villeneuve a donc demandé à une personne handicapée de faire un audit sur place des différents lieux, urbanisme, services publics inaccessibles, afin de pouvoir prévisionner un budget à long terme des travaux à effectuer.

Je salue le fait, non seulement que la Commune de Villeneuve ait décidé de prendre les choses en mains, c’est la première à le faire, mais aussi et surtout que pour une fois, appel soit fait à une personne handicapée pour prodiguer ses conseils. C’est Inclusion Handicap à Berne qui va être content, car ils relèvent justement le fait que les personnes les plus concernées, ne sont jamais consultées avant futurs travaux.

Un premier contact a déjà été pris pour réaliser cet audit au printemps, car non seulement la VMCV TP refuse les moyens auxiliaires 4 roues dans ses bus depuis début septembre sur tout le réseau Riviera où donc un/e handicapé/e ne pourrait pas se rendre, mais il fait trop froid pour qu’un/e handicapé/e puisse rester à l’extérieur pendant ne serait-ce qu’une demi-journée à la fois pour explorer tous les recoins et infrastructures d’une Commune.

Voyant cela, l'on se dit que ce ne sera pas superflu ;)



Sachant que la LHand sur l’accessibilité date de 2003 avec échéance d’application en 2023 et que toute la Suisse Romande a déjà 14 ans de retard, il est clair qu’il va être difficile de rattraper ce retard en 5 ans, sur le plan financier et pratique.

En examinant le budget de la Commune de Villeneuve que vous pouvez trouver


Que voit-on ?

Que cette ravissante petite Commune n’est pas entièrement maître de la gestion de son budget ; puisque seul un tiers de son budget est librement disponible, les 2/3 étant des frais fixes, imposés par une subtile (?) et complexe répartition des charges entre le canton et communes – c’est habituel pour les communes vaudoises. Les travaux pour la mobilité réduite n’ayant pas été prévus dans le budget communal, il faudra raboter sur autre chose.

Mais ! je pense que si Villeneuve veut développer son tourisme, elle va devoir investir pour l’attirer.

La mobilité réduite, tous handicaps confondus, représente 21,6 % en 2016, de la population Suisse. J’imagine que c’est sensiblement la même chose pour le tourisme étranger. Je l’estime personnellement à 25 %, soit un quart de la population si l’on y ajoute toutes les personnes qui ne font pas appel à des associations ou fondations et les mamans avec poussettes qui devraient être inclues dans ces statistiques.

Sur le plan touristique, il faudrait justement faire dans cette petite Commune ce qui ne se fait pas ailleurs et rester simple, pragmatique, fonctionnel à prix raisonnables, dans le cadre familial, seniors et aînés. Tout s’y prête, son calme, sa beauté, sa piscine, ses vieilles pierres, les bateaux CGN. Et en aucun cas tomber dans le tourisme de masse tape à l’oeil, il y a déjà assez de communes aux alentours qui font ça. J’aurais déjà de nombreuses idées à ce sujet, et je me réjouis de les partager avec celles et ceux de Villeneuve qui pourront en faire quelque chose.

Ce d’autant que dans deux ans un nouveau grand hôpital verra le jour dans cette partie de la région :


Cela signifie, non seulement que des quantités de personnes malades sur le Territoire vont se déplacer de toute la Riviera Vaudoise pour les soins ambulatoires, mais aussi les familles qui viendront leur rendre visite et y rester quelques jours pour les opérés. L’Hôpital mise sur l’accessibilité justement pour pouvoir être opérationnel.

Or actuellement ce n’est de très loin pas le cas. La Commune de Villeneuve a payé en 2017 CHF 441'600.00 à la VMCV comme contribution à la ligne 201 et surtout pour la ligne de bus 210 qui va de la gare à la zone commerciale et à la zone industrielle. Pourtant, les bus de cette ligne ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite, qu’elles soient en cannes, tintaban, rollator, fauteuil manuel, fauteuil électrique, scooter électrique, mamans avec poussettes, les hautes marches de ce bus ne permettant pas aux PMR de pouvoir y accéder, tout comme les bus de la ligne 201 qui refusent de prendre en charge les moyens auxiliaires 4 roues (scooters électriques handicapés) depuis début septembre 2017.

Aujourd’hui, les personnes en moyen auxiliaire 4 roues de n’importe quelle autre commune de la Riviera ne peuvent se rendre à la gare de Villeneuve par les bus, ne peuvent pas descendre du train à Villeneuve et ne peuvent pas accéder à Villeneuve par les quais. Pour une personne à mobilité réduite, le seul moyen de transport public pour arriver à Villeneuve sont les bateaux de la CGN qui qui, eux, sont très courtois et respectueux avec les PMR mais ne naviguent pas en saison d’hiver sauf croisières spéciales.


Voici ce qui est écrit sur le site du Canton de Vaud :

« Tous les véhicules des transports publics Vevey-MontreuxChillon-Villeneuve (VMCV) disposent d’une rampe d’accès sur chaque ligne, à toutes les courses et sur les arrêts marqués en conséquence. »


Ah oui ?


A la place de la Commune de Villeneuve, j’exigerais un remboursement conséquent de sa contribution à la VMCV, ce qui lui permettra de construire quelques rampes de trottoirs là où elles manquent. Lorsque l’on exige un tel montant pour un si petit parcours, menant de plus aux seuls centres commerciaux possibles, privant ainsi tous les aînés et PMR de pouvoir des achats, la moindre des choses serait de fournir un bus accessible et respectant la loi. Il s’agit de 7 arrêts de bus, menant de la Gare de Villeneuve aux centres commerciaux, 11 arrêts avec le retour. Sans compter le fait que, vu l’absence d’accessibilité, les frais sociaux couvrant les aides à domicile avec voiture, doivent sensiblement augmenter pour la Commune et le Canton.


Je me demande si une navette électrique, bas plancher, avec rampe rétractable automatique, accessible à tous, y compris les moyens auxiliaires 4 roues ne serait pas préférable sur ce parcours pour s’y rendre. Cela réduirait l’impact écologique tout en garantissant en même temps que de respecter la loi sur l’accessibilité.

Au nom de tous les handicapés, personnes à mobilité réduite, aînés, je remercie la Commune de Villeneuve de se pencher sur le sujet, d’avoir engagé une première démarche sur l’accessibilité à tous, de donner l'exemple à toutes les autres, espérant que celle-ci aura des suites concrètes et que Villeneuve pourra devenir la première Commune du Canton de Vaud à être entièrement accessible, ce qui serait sur le plan touristique un argument de grande valeur. Elle le peut, il n’y a pas tant à faire que cela, comparé à d’autres Communes, mais il va falloir mettre un peu le turbo.


Le Tigre